Recherche
histoire-universelle-de-l-eglise-catholique-30-volumes-abbe-rohrbacher

Histoire Universelle de l´Eglise Catholique (30 volumes)- Abbé Rohrbacher Abbé Rohrbacher
L1496

(01/01/0001)
ISBN : 9782845199392
Nombre de pages :
  • Nb de pages: 11000
  • 750.00
    Disponible
    750€ les 30 volumes
    Plus de 11000 pages environ au total. 

    Reproduction de l'édition de 1872, revue, annotée, augmentée d'une vie de Rohrbacher, de considérations générales et de dissertations, continuée jusqu'en 1872 par monseigneur Fèvre. Chacun des 15 tomes a été divisé en deux volumes. Tout le monde connaît l'Histoire universelle de l'Église catholique par l'abbé Rohrbacher. C'est l'un des meilleurs ouvrages de la fin du XIXème, avec les Dom Guéranger, Mgr Gaume, Darras, Cal Pie, Louis Veuillot, les abbés Lémann, Mgr de Ségur, l'abbé Aubry, etc.. Des personnages célèbres, comme Garcia Moreno, Mgr Laflèche au Canada, le Padre Pio, Louis Veuillot, se targuaient de l'avoir lue et méditée.  
    « L'Histoire ecclésiastique de Rohrbacher nous a, en particulier, rendu le Pape. Par la force de conviction et la puissance d'amour qu'il a fait naître, ce livre nous a fait connaître, aimer, servir, comme il convient, la Chaire Apostolique. Dans son ouvrage intitulé : Rome pendant le concile, le rédacteur en chef de l'Univers cite, parmi ceux qu'il aurait voulu voir au Vatican, le jour où fut promulguée la définition dogmatique de l'infaillibilité pontificale, à côté de Gerbet, Salinis, Sainte-Foi, l'abbé Rohrbacher qui, par son grand et beau livre, dit-il, a donné un si vigoureux coup d'épaule; il ajoute : « On n'est pas juste pour l'ouvrage de Rohrbacher. Même parmi nous, on affecte de dédaigner cette charrue, peu polie il est vrai, mais dont le soc robuste a défoncé à une grande profondeur le sol obstrué de racines gallicanes. Je dis que, quant à ce qui est de main d'homme, Rohrbacher a fait plus que personne pour la cause de l'infaillibilité. C'est lui qui nous a restitué le Pape dans l'histoire et débrouillé le plan de Dieu. Sans doute, son immense édifice présente des parties négligées et sacrifiées, mais l'architecture en est savante et sublime. J'ajoute que son style âpre, parfois sauvage, est néanmoins d'une qualité bien supérieure à toute la politesse et à tout l'agrément de Fleury. Quand on pense que ce vaillant homme a fait cela tout seul, sans aucun secours, sans aucun conseil et n'a pas même trouvé un critique, on reste saisi d'admiration pour tant de courage, de simplicité et de persévérance. Nous l'avons laissé mourir sans gloire, ne daignant pas le compter pour un historien, en présence d'adversaires qui tiraient vanité du fatras littérairement et moralement inepte de Sismondi. »
    750€ les 30 volumes
    Plus de 11000 pages environ au total. 

    Reproduction de l'édition de 1872, revue, annotée, augmentée d'une vie de Rohrbacher, de considérations générales et de dissertations, continuée jusqu'en 1872 par monseigneur Fèvre. Chacun des 15 tomes a été divisé en deux volumes. Tout le monde connaît l'Histoire universelle de l'Église catholique par l'abbé Rohrbacher. C'est l'un des meilleurs ouvrages de la fin du XIXème. Des personnages célèbres, comme Garcia Moreno, Mgr Laflèche au Canada, le Padre Pio, Louis Veuillot, se targuaient de l'avoir lue et méditée.  
    « L'Histoire ecclésiastique de Rohrbacher nous a, en particulier, rendu le Pape. Par la force de conviction et la puissance d'amour qu'il a fait naître, ce livre nous a fait connaître, aimer, servir, comme il convient, la Chaire Apostolique. Dans son ouvrage intitulé : Rome pendant le concile, le rédacteur en chef de l'Univers cite : « Je dis que, quant à ce qui est de main d'homme, Rohrbacher a fait plus que personne pour la cause de l'infaillibilité. C'est lui qui nous a restitué le Pape dans l'histoire et débrouillé le plan de Dieu. Sans doute, son immense édifice présente des parties négligées et sacrifiées, mais l'architecture en est savante et sublime. J'ajoute que son style âpre, parfois sauvage, est néanmoins d'une qualité bien supérieure à toute la politesse et à tout l'agrément de Fleury. Quand on pense que ce vaillant homme a fait cela tout seul, sans aucun secours, sans aucun conseil et n'a pas même trouvé un critique, on reste saisi d'admiration pour tant de courage, de simplicité et de persévérance. Nous l'avons laissé mourir sans gloire, ne daignant pas le compter pour un historien, en présence d'adversaires qui tiraient vanité du fatras littérairement et moralement inepte de Sismondi. » 
    detail-product-01
     
    T_RAIMAGE